Des centres agricoles pour des écoles pérennes

L’approche multidimensionnelle du projet vise à créer des entreprises agricoles gérées par les écoles rurales afin de leur fournir revenus durables grâce à des pratiques agricoles biologiques et des ressources en technologies d'information et de communication pertinentes.

Plus précisément, le projet permettra d’établir et de créer des centres d’affaires agricoles pour les entreprises sociales dans deux écoles partenaires au profit de 880 étudiants. Les entreprises gérées par les écoles seront gérées et commercialisées par les Comités d’entreprise des écoles (6 élèves, 2 enseignants, 2 membres de la communauté), ce qui permettra à 2 000 agriculteurs des environs d’avoir un meilleur accès aux outils et ressources, en fin de compte, augmenter le rendement et le profit. Les agriculteurs auront une meilleure connaissance des principes de l’agriculture biologique durable et seront soutenus dans la façon de commercialiser et de classer leurs produits. Les deux écoles partenaires seront équipées de Zedupads (tablettes d’apprentissage en ligne) améliorant la qualité de l’éducation dans toutes les matières du programme.

School Club Zambia est une organisation enregistrée au Royaume-Uni et en Zambie qui travaille avec les écoles pour veiller à ce que chaque enfant ait accès à une éducation de qualité, professionnelle et créative, menant à un emploi sûr et à de meilleures possibilités de vie à l'avenir.

Type

Éducation / Santé / Environnement / Développement communautaire

Durée

Mai 2019 - juillet 2022

Lieu

District de Sinazongwe / Zambie

Avec qui

School CLub Zambia

Site internet

schoolclubzambia.org/

Zambie

Population
17 millions (2017)

Revenu par habitant
1'290 USD/an (2017)

Taux de pauvreté *
54 % (2015)

Taux d'alphabétisation
83 % (2016)

Indice de développement humain
144e pays sur 189 (2018)

La Zambie connaît la stabilité politique depuis son indépendance, en 1964, et a traversé une décennie de croissance économique rapide (croissance annuelle moyenne de 6,4 %). Cette croissance ne s’est pas traduite par une réduction significative de la pauvreté puisque 54 % de la population vit en-dessous du seuil de pauvreté et que 42 % subit une pauvreté extrême. Des difficultés majeures perdurent en matière de mortalité maternelle (224 décès pour 100 000 naissances viables), de prévention des nouvelles infections par le VIH, d’éducation secondaire, d’amélioration de l’accès à l’eau potable et à l’assainissement, et de développement environnemental durable. L’insécurité alimentaire et la sous-nutrition doivent être traitées. Les paysans pratiquent une agriculture de subsistance et se reposent largement sur les pluies saisonnières, ce qui les rend vulnérables aux phénomènes climatiques imprévisibles.

Sources: Programme alimentaire mondial, UNICEF, Banque mondiale, Rapport sur le développement humain 2016, Indices et indicateurs de développement humain (mise à jour statistique 2018)

*Pourcentage de la population vivant en-dessous du seuil de pauvreté.