Qui reçoit, donne !

Le projet visait à améliorer les conditions de vie de 580 familles rurales réparties dans sept villages situés autour des villes de Kpalimé et Notsé. Il comprenait des formations, la construction d'abris pour les animaux, l’octroi de chèvres, moutons, poulets et dindes, ainsi qu’un suivi technique et sanitaire.

Mr Kossivi DOKPOE est un jeune éleveur de moutons, membre du groupement Mawulolo, un village situe dans la zone de Notsé. Agé de 32 ans, il est père de trois enfants de 4 ans, 2 ans et 3 mois. Etant élevé il élevait des poulets avec son papa dont les revenus l'ont mené jusqu'en classe de troisième a Notsé. Les charges devenant lourdes pour son papa, Kossivi abandonna les études pour s'adonner à l'agriculture (culture du maïs sur une petite surface) et a l'élevage des poulets.Très tôt la peste aviaire ravagea tout le poulailler, il abandonna et s'intéressa à l'élevage de mouton: « J'ai appris la constitution du groupement Mawulolo et j'ai adhéré, nous avons fait la connaissance d'ESF Togo avec qui nous avons signé une convention de partenariat et j'ai reçu mon crédit en animaux le 29 Décembre 2011 avec 6 moutons. »

Kossivi a eu la chance d'avoir deux brebis gestantes au début du projet. Depuis, il y a eu au total 15 naissances, il a donné 2 brebis en « qui reçoit donne » et en a vendu 4 respectivement pour un total de USD 223. Aujourd'hui il dispose de 13 sujets (6 brebis, 2 agneaux, 2 agnelles 1 bélier et 2 antenais). II nous a déclaré « ces ventes sont intervenues a des moments difficiles de ma vie. La première vente est intervenue lors de la maladie de mes deux enfants et les USD 87 ont servi à prendre en charge leur soins de santé et à subvenir aux besoins nutritionnels de la famille. La seconde vente a servi à l'achat de sous-produits agricoles (épluchure de manioc, drèche de soja, de maïs et son de la bière locale) pour l'alimentation des animaux. Les deux dernières ventes m'ont permis de payer les frais de maternité de ma femme. Sans ces ventes, je ne sais pas ce que j'aurais pu devenir. Pour tout vous dire je ne sais comment vous remercier ».

Kossivi n'a pas manqué de nous confier ses perspectives la 1ère étant de permettre à d'autres de bénéficier des avantages du microcrédit en rendant le reste des animaux (4) et la 2eme de s'occuper soigneusement du capital restant pour plus de bénéfices car « pour moi, ces animaux sont comparables à un compte que je pourrais avoir en banque. Ils m'ont permis de soigner et nourrir ma famille ».